Mon histoire de punaise de lit

Si vous êtes ici, c’est certainement que vous êtes inquiets car vous venez de découvrir que vous avez des punaises de lit ou peut être que vous essayez de vous en débarrasser depuis longtemps sans succès. Je vous comprends, ça m’est arrivé à moi aussi, deux fois plutôt qu’une.

J’ai développé une obsession pour l’extermination des punaises

J’ai lu une quantité phénoménale d’information sur le sujet car j’ai eu deux infestations en 2 ans. Je voulais m’en défaire rapidement, économiquement et protéger mon nouveau-né. Une fois débarrassé j’ai commencé à écrire ce blog, pour que les autres puissent profiter de mes recherches. Il est gênant d’en parler autour de soi car c’est souvent perçus comme étant en lien avec la propreté. Comme moi vous savez que ça n’a rien à voir. Depuis ma première expérience avec les punaises, au moins 5 personnes que je connais en ont eu. Il ne s’agit pas de personnes sales ou pauvres mais plutôt des familles, de jeunes professionnels et d’universitaires.

Mon bébé

Ma première infestation

En 2017, j’étais locataire d’un logement de la Petite-Patrie, à Montréal. Au milieu de l’été mon propriétaire m’a avertit que les voisins d’en bas avaient des punaises de lit. Nous avions eu quelques piqûres suspectes mais étant donné que nous avions toujours les portes et fenêtres ouvertes nous imaginions que c’était des moustiques.

Une première punaise trouvée

Aussitôt, j’ai commencé à rechercher autour de mon lit et sous le matelas. Je n’ai rien trouvé. J’ai acheté quelques pièges collants que j’ai disposé sous le lit et le lendemain matin j’ai attrapé un spécimen. J’ai informé mon propriétaire et celui-ci nous a rapidement informé d’une date d’extermination.

Se préparer à l’extermination

Le propriétaire nous a envoyé des instructions pour nous préparer et nous avons suivi ce qui fallait faire à la lettre. Ça nous a pris une bonne journée de travail pour tout mettre en ordre.

Les traitements insecticides

Le technicien en extermination est venu une première fois et par la suite, nous n’avons plus eu de piqûres. Après environs 2 semaines, les piqûres commençaient à revenir. Cela créa une tension entre les voisins et nous. Bien que sympathiques, les voisin ramassaient beaucoup d’objets dans la rue pour les utiliser dans des créations artistiques. De ce fait, leur appartement était beaucoup plus encombré que le nôtre. Nous nous sommes chicanés car je les ai fortement invité à faire du ménage. C’était un viel immeuble donc il aurait été impossible de nous débarrasser des insectes sans que les voisins prennent les mesures appropriées.

La fin de l’infestation

Étant donné que j’avais mis de la pression sur les voisins, ils commençaient à prendre la situation sérieusement. Ils ont procédé à un ménage important avant le deuxième traitement. Ils avaient aussi construit une base de lit en bois, qu’ils suspectaient de servir de cachette aux punaises. Ils la démontèrent et y trouva un nid de punaises, qui était bien caché dans les fentes du bois. À la suite du second traitement, les punaises ont été exterminées.

S’occuper d’une infestation comme propriétaire

La fin de notre aventure de punaises correspondait aussi à la date ou nous prenions possession d’un immeuble de trois logements. Évidemment nous étions très nerveux de déménager des insectes dans notre nouveau domicile. Nous avons donc uniquement transporté l’essentiel, que nous jugions exempt d’insectes.

Des punaises de lit dans notre appartement

Le 1er juillet 2019, environs un an et demi plus tard, nous confirmons officiellement que nous avons une nouvelle infestation de punaises. Après l’apparition de piqûres, nous avons installé des trappes collantes pour finalement confirmer ce que nous craignions le plus.

Le début d’un cauchemard

Pourtant c’était supposé être un moment de joie. Nous étions bien installés dans notre nouvelle maison, ma femme était enceinte et je commençais un nouveau travail. De plus, ma belle famille était présente pour nous accompagner durant l’accouchement. J’aurais difficilement pu imaginer une situation pire que celle-ci.

De nouveaux préparatifs

Nous avons appelé un professionnel de l’extermination. Nous savions déjà ce qu’il fallait faire pour nous préparer. En premier, nous avons mis dans des sacs de poubelle, tous les vêtements que nous utilisons le moins. Ceux-ci avaient été lavés et séchés préalablement. Avec la famille et le bébé qui arrivait, j’ai décidé de louer un entrepôt pour ranger tous les sacs de vêtements et articles que nous utilisions peu. Comme ça nous allions pouvoir respirer dans l’appartement et permettre à l’exterminateur de faire un travail plus efficace. Le prix de l’entrepôt: 300$ pour 3 mois.

Trouver un exterminateur

J’ai cherché un exterminateur en ligne sans trop de critères. J’ai engagé probablement celui qui pouvait passer le plus rapidement et qui proposait un prix moyen. C’était maintenant à nous de payer car nous étions propriétaire, contrairement à notre situation précédente ou nous étions locataires et nous n’avions pas à assumer les frais. Nous devions aussi nous assurer que nos logements ne seraient pas infectés, nous avons donc demandé des traitements préventifs dans nos deux logements. Prix: 1000$ pour un triplex, garantis pour 6 mois.

Un long processus

Suite à la première extermination, ma femme est allé passer la nuit chez une amie car nous voulions suivre les recommandations de “retrait”. Suite au premier traitement, les piqûres ont diminué grandement. Nous savions qu’il restait des insectes, mais de toute façons, nous avions un autre rendez-vous de prévu pour les éliminer pour de bon.

Accoucher avec des punaises de lit

L’accouchement de ma femme à été compliqué, et nous avons passé 72h à l’hôpital. Le pire à été de ne pas pouvoir retourner chez nous après l’hôpital, car notre appartement venait d’être traité une deuxième fois. Nous avons donc loué un appartement pour deux jours. Prix: 200$ pour deux jours.

Retourner chez soi après un traitement

Finalement nous sommes revenus à la maison et nous avons commencé à vivre plus normalement. Nous avions l’espérance que notre problème était réglé, mais ce n’était pas le cas.

Des insectes de l’enfer

C’est lorsqu’un insecte a piqué notre bébé, que ma femme a fait une crise de désespoir. Si elle avait pu brûler la maison elle l’aurait fait. Quelques jours avaient passé et les punaises semblaient encore active. Nous avons donc avertis notre compagnie d’extermination pour prendre un autre rendez-vous.

Chercher des réponses

À ce moment là j’étais à bout de nerfs, et je commençais réellement à être inquiet. Je soupçonnais que les insectes provenaient d’une autre source, j’étais inquiets qu’ils piquent mon bébé, et inquiet de la proximité que ma famille avait avec des produits chimiques. C’est à ce moment là que j’ai commencé des recherches très sérieuses sur les punaises de lit.

Redoubler d’effort

Nous étions dans l’attente d’un troisième traitement et j’avais fait beaucoup de recherches sur les moyens pour éliminer les punaises. J’avais trouvé entre autre que certaines huiles essentielles peuvent servir à les éliminer. Nous avons essayé la lavande. Nous avons donc essayé cette méthode, principalement pour essayer d’éloigner les insectes de notre nouveau-né. Nous avons effectivement remarqué que les insectes semblaient s’éloigner mais pas nécessairement qu’ils mourraient. C’est plus tard que j’ai réussis à trouver la bonne recette.

Trois traitements contre les punaises

Cette fois-ci nous avions programmé le traitement pour le vendredi, et nous avons quitté pour la fin de semaine. L’exterminateur nous a garantis qu’il ne traiterais pas les articles du bébé. Nous pouvions difficilement imaginer qu’après un troisième passage, ça allait perdurer… Et pourtant.

Une guerre sans fin

Quelques jours après le traitement, nous avions encore des piqûres. Ma femme était sur le bord d’une crise de nerf et moi j’étais sur le point d’engager une autre compagnie qui utilise plutôt la chaleur pour exterminer les punaises. Par contre, le prix de l’extermination à la chaleur était entre 1500$ et 2000$ de. Je n’avais pas cette somme. À ce moment là nous avons pris le taureau par les cornes et utilisés plusieurs techniques différentes pour en venir à bout.

Un chien renifleur de punaises

J’avais fait beaucoup de recherches et en discutant avec d’autres compagnies d’extermination, j’ai appris que des chiens détectent les punaises. Un peu comme les chiens qui reniflent de la drogue ou des traces d’explosifs, ces chiens sont entrainés pour indiquer l’endroit précis où se trouvent les insectes. Nous avons décidé d’en faire venir un, pour savoir l’endroit où se trouvaient les derniers survivants. Le chien indiqua une crevasse dans la chambre d’amis et un coin de notre base de lit. Prix pour une détection complète: 250$.

La guerre est ouverte

Maintenant nous connaissions l’endroit ou se trouvaient les derniers survivants. Nous avons contacté l’entreprise d’extermination et en attendant deux ou trois semaines avant leur retour, nous avons procédé à une opération de bouchage de trous. À l’aide de silicone, nous avons fait le tour de toutes les pièces et nous avons bouché les moindres crevasse sur les plinthes. Si les punaises étaient cachées ou bien provenaient d’un voisin en traversant le mur adjacent, nous leur bloquerons l’accès.

Tuer des punaises avec de la vapeur

La même semaine, une amie nous a prêté une machine à vapeur. Nous l’avons utilisé pour chauffer tous les recoins de notre base de lit, qui avait été identifié par le chien. Nous avons aussi vaporisé à la vapeur tous les endroit qui nous semblaient propices.

La fin

Suite au traitement à la vapeur, j’étais confiant que le problème était réglé. Malgré tout, le technicien était réservé pour une date. Nous avons quand même conservé une date pour le 4e traitement. Le dernier travail fût plus petit et ciblé sur les endroits que le chien avait identifié.

Conclusion

Avec tout le trouble que nous avons eu durant cette expérience malheureuse, nous croyons qu’un traitement à la chaleur par des professionnel aurait été mieux. Si nous additionnons l’argent que nous avons dépensé (location de chambre, chien, produits) et l’effort fournis, il aurait été beaucoup mieux d’y aller avec une solution plus chère mais qui aurait réglé le problème rapidement. La chaleur n’est pas nécessairement bonne pour toutes les situations. Dans tous les cas, je recommande particulièrement le chien, car il permet de connaître l’emplacement exact des bestioles. Je souhaite de tout coeur que ça n’arrivera plus, mais qui sait?

N’hésitez pas à partager mes articles sur les réseaux sociaux et m’écrire pour tout commentaire ou pour me partager votre histoire!